Observatoire de l'environnement sonore de la Métropole de Lyon

Description de l’observatoire permanent

La mise en œuvre du réseau permanent de mesure du bruit est le résultat d’un partenariat entre le Grand Lyon et acoucité .

Il fait suite à une proposition, en 2002, de l’association de travailler sur un projet d’observatoire des bruits de l’environnement à l’échelle de l’agglomération lyonnaise.

Plusieurs groupes de travail, valorisés par des publications scientifiques et techniques (guide sur les observatoires du bruit, congrès 2004 avec INCE-EUROPE), regroupant des experts et spécialistes français et européens notamment les partenaires de l’association, ont permis en 2005 le lancement d’un marché financé par le Grand Lyon, de fournitures de stations de mesures.

Depuis 2006, environ 25 stations ont été déployées à ce jour.

Le choix d’implantation des balises se base sur un principe de diversité et de représentativité des différentes ambiances sonores rencontrées sur le territoire de l’agglomération.

Plusieurs critères de sélections ont alors été pris en compte :

  • Diversité entre centre (Lyon et Villeurbanne), première et seconde couronne de l’agglomération, en fonction notamment d’une règle du nombre d’habitant.
  • Diversité des situations sonores liées au trafic routier ferroviaire et aérien, et d’activités humaines (loisirs, commerce, activité…).
  • Diversité des échelles de temps, puisque certaines balises ont vocation à mesurer sur une durée indéterminée (environ 20 balises), notamment pour rendre compte de l’évolution globale du bruit, alors que d’autres balises sont basées sur une échelle de temps de quelques années (environ 5) , pour rendre compte des évolutions liées à de grands projets urbains (créations ou modification de voiries, création de parcs urbains…).

|

Les résultats fournis par l’interface internet sur le site d’acoucité relèvent de quelques principes :

  • des valeurs par balises ;
  • des valeurs à l’échelle du jour, du mois et de l’année, (à terme lorsque toutes les balises seront installées) ;
  • des valeurs statistiques reprenant les principaux indices décrits dans la réglementation française et européenne ;
  • une valeur « de référence » constituée par la moyenne des balises afin de pouvoir comparer les balises entre elles ;
  • des valeurs avec un décalage d’une semaine afin d’assurer une validation des données (pannes, erreurs…).

Cet observatoire du bruit basé sur la mesure permanente compte répondre à plusieurs objectifs :

  • Compléter la démarche organisée autour des outils de cartographies du bruit http://bruit.grandlyon.com des outils d’évaluation de la perception du bruit et d’une démarche d’enregistrement des ambiances sonores ;
  • Apporter une information publique sur l’état actuel et sur les évolutions, avec une lecture « relative » des différentes ambiances sonores rencontrées sur un territoire aussi diversifié que celui d’une agglomération ;
  • Anticiper, suivre et capitaliser les connaissances lors de la réalisation des grands projets ;
  • Faciliter la connaissance, et donc la maîtrise, et la mutualisation des effets des transports en matière de bruit mais aussi de pollution, d’impact paysager…

Pour une approche plus complète, il est possible de consulter le guide pédagogique sur notre site.